Avis lecture : Les dix enfants que madame Ming n’a jamais eus -Eric Emmanuel Schmitt

livre schmitt

Bonjour les bouquineurs ! Je vous présente le roman « Les dix enfants que madame Ming n’a jamais eus » du grand écrivain et dramaturge Eric Emmanuel Schmitt publié chez les éditions albin michel en 2012. Avec la célèbre oeuvre « Oscar et la dame rose » ce récit fait partie du cycle de l’invisible.📚


Une très belle découverte pour mon premier roman de Eric Emmanuel Schmitt. 📖

📖L’histoire :

Le narrateur, un voyageur de commerce français qui passe régulièrement en Chine, entame un dialogue avec la très étrange Mme Ming. Travaillant au sous-sol du Grand Hộtel, cette femme se vante d’élever dix enfants! Comment, dans un pays où la loi impose l’enfant unique, une telle famille nombreuse peut-elle voir le jour ? Reste que Mme Ming a un talent fou de conteuse. A travers les portraits savoureux de ses rejetons, c’est toute la sagesse d’une Chinoise d’expérience, imprégnée par la philosophie de Confucius, qui jaillit. Mme Ming dissimule-t-elle un secret ? La vérité aurait-elle plus de prix qu’un beau mensonge?

🌼Mon avis :

Un roman court d’une parfaite efficacité, d’une grande richesse pour sa petite taille.

Une réussite autant sur l’histoire, sur l’émotion, les sujets de réflexion et le plaisir de lecture.

Un conte philosophique et poétique accessible et à recommander à tous !

Un concentré de sagesse Chinoise, une dose de suspense, un regard contemporain sur la société et une héroïne touchante. ✨

J’ai hâte de lire un autre de ces récits 😊

🪶Avez vous lu un roman de Eric Emmanuel Schmitt ? Quel est votre préféré ?

Meilleurs extraits et citations :

« L’expérience est une bougie qui n’éclaire que celui qui la tient. »

« A la différence des Européens qui conservent des ruines gallo-romaines au coeur de leurs métropoles mais oublient Sénèque, qui visitent des cathédrales en délaissant le christianisme, les Chinois ne logent pas leur culture dans les pierres. Ici, le passé constituait le présent de l’esprit, pas une empreinte sur la roche. Le monument demeurait secondaire, d’abord comptait le coeur spirituel, gardé, transmis, vivant, incessamment jeune, plus solide que tout édifice. La sagesse résidait dans l’invisible, l’invisible qui s’avère éternel à travers ses infinies métamorphoses, tandis que le minéral s’effrite. »

« Chaque être se révèle unique. Dans le cas contraire, c’est nous qui ne le voyons pas. »

« Pourquoi les hommes ne supporte-ils pas la vérité ? Premièrement parce que la vérité les déçoit. Deuxièmement, parce que la vérité manque souvent d’intérêt. Troisièmement, parce que la vérité n’a guère l’allure du vrai – la plupart des faussetés sont mieux troussées. Quatrièmement, parce que la vérité blesse. Je ne veux pas que tu mènes la guerre en croyant propager la paix.« 

« C’est l’imagination qui singularise, l’imagination qui arrache à la banalité, à la répétition, à l’uniformité. Dans le destin des jouets, je repérais celui des hommes: seule l’imagination, produisant des fictions et forgeant des liens rêvés, crée des originaux; sans elle, nous serions proches, trop proches, analogues, aplatis les uns sur les autres dans les bennes de la réalité. »
 
« Parfois le sort cogne de manière si abrupte qu’il suffit d’une pointe de fantaisie pour l’attendrir. Quand je songeais aux trois années qu’elle avait passées ici où la vie se réduisait à des tâches ineptes réitérées douze heures d’affilée parmi des collègues automates, je comprenais son besoin de s’évader, de partir, de respirer un autre air. Oui, dans cette prison, l’illusion demeurait le ciel par lequel on s’échappe. Le roman de ses dix enfants la sauvait »
 
 
 
 

#lesdixenfantsquemadamemingnajamaiseus #ericemmanuelschmitt #livredepoche #bookgrammeur #chroniquelivre #confucius #avislitteraire #livrestagram #lectrice #livres #passionlecture #decouvertelitteraire #sagessechinoise #bookstagramFrance #instabook #bookstagram #bookaddict #livres #livreaddict #lecture #instabook #booklove #romans #bookphotography #lecture #lire#readingaddict #instalivres #instabooksblog littéraire, critique livre, chronique lecture accepte service presse 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Panier
Retour en haut